Me suivre sur

Visiteurs

Fable céleste de Jean de la Fontaine.

 
 
 

Chemin

 

Bottine ou sabot, peu importe votre chausse,
Votre pas vous conduit sur le même sentier.
Marcher nus, ou vêtus des plus beaux apparats,
Ne sera pas le garant de votre réussite,
Mais votre volonté d’aimer vous servira de boussole,
Alors que vous en lasserez le sol.
Car par vos chûtes soudaines
Vous serez blessés, nobles marcheurs,
Dans votre orgueil et votre cœur,
Oubliant la raison souveraine.

Parler de l’amour fait de l’homme son langage,
Capitaine de son équipage.
Donner de l’amour fait de l’homme son voyage,
Amiral des plus sages.
Point de miracle dans la prose,
Juste un lien d’amour qui s’impose.

Si l’homme de cœur se ballade sans détour,
Son frère, plein de rancœur, recommencera son parcours.
Il n’est point de mauvais chemin,
Il n’est point de mauvais destin.
Sillonner les mers,
Marcher sur les terres,
Est si noble pour les travailleurs,
Si fastidieux pour les sans valeur
Que marcher sur les pas de leur père,
Devient un vestige du chemin
Sans pouvoir imaginer demain.

Si grandir dans l’oubli vous est demandé,
Si mourir dans l’esprit vous est proposé,
Gardez en mémoire,
Croyez en l’espoir
Que chaque moment de vie,
Que chaque expire,
Sont des soupirs,
Sont une goutte de vie.

Comédiens sans costume,
Délivrés de votre amertume,
Dans les cieux sans nuages
Vous continuez votre voyage.
D’incarnation en incarnation,
Vous changez de visage,
Portant parfois trop de bagage.

Mais il vient un temps
Un sublime moment
Dans l’amour éternel
Où votre flamme divine
Se réjouit de cette quête
Périlleuse et sublime
Sur cette mère, votre planète.

Jean De La Fontaine

Séances de ouija des 29 et 30 août 2018.