Nos interlocuteurs.

Extrait du livre "Le spiritisme et ses messages d'amour"

Chapitre "Nos interlocuteurs"

Définitions Wikipédia :

 

"L’âme est le principe vital et spirituel, immanent ou transcendant, qui animerait le corps d'un être vivant (humain, animal, végétal)."

 

"L’esprit est la totalité des phénomènes et de facultés mentales : perception, affectivité, intuition, pensée, concept, jugement, morale… Dans de nombreuses traditions religieuses, il s'agit d'un principe de la vie incorporelle de l'être humain.

En métaphysique et dans les religions, le mot esprit désigne normalement l'élément immatériel incarné en l'être humain. Par extension se dit aussi de tous les êtres immatériels supposés doués d'intelligence.
En psychologie, le mot esprit désigne les processus mentaux et la faculté de penser propre à l'homme.

 

"Une entité, dans son sens le plus général, est une chose, un objet, ou une réalité, voire une substance au sens philosophique, toujours de nature et de propriétés indéterminées, et apparemment dotée d'une forme d'individualité, d'identité ou d'unité."

 

Chacun sera d’accord ou pas avec ces définitions qui manquent quelque peu d’élégance, mais le plus important est bien de se comprendre.

Je reprendrai, ici, la définition, présente dans mon premier livre*, que m’a aimablement communiqué mon guide :

« L’âme est le sens global que donne la divinité à la vie qui est accordée à l'individu.

L'esprit est le contenant de tout ce qui lui est nécessaire pour réaliser cette vie. »

 

Vouloir communiquer avec les mondes invisibles, potentiellement habités par d’innombrables "entités", c’est évidemment accepter parfois des rencontres non souhaitées, mais c’est avant tout avoir le sens de l’accueil. Combien de fois n’ai-je pas entendu ces affirmations : « je ne veux recevoir que ceux que j’appelle » ou « si je ne connais pas je coupe la liaison » ou encore « si ce n’est pas l’âme que j’ai appelée, alors, c’est le malin… ». Voilà bien une attitude contre-productive, inspirée davantage par l’orgueil et la peur que par la charité et la bienveillance. La seule décision qui nous appartient vraiment, c’est de pratiquer le spiritisme. Pour ce qui est de nos hôtes célestes, le monde spirituel qui nous guide et nous accompagne, est bien plus à même de savoir qui peut ou doit être notre interlocuteur du moment, pour satisfaire, non pas un effet recherché mais l’efficacité pour notre évolution spirituelle.

Nos appels sont toujours entendus, mais il y a grosse différence entre vouloir tout contrôler et savoir tout maitriser. Le libre-arbitre existe aussi de l’autre côté du voile, et il EST RESPECTÉ.

Et même si la surprise est au rendez-vous :

« Sachez que tout se passe sous le regard attentif de vos guides et avec la permission du Un. »

 

Ainsi, au cours de nos expériences, nous avons conversé avec des défunts, connus ou inconnus, des âmes errantes, des célébrités et des guides.

Les premiers manquent parfois d’énergie. Alors leurs guides peuvent les aider, sans jamais trahir leurs pensées.

Je vous laisse le plaisir de découvrir les divers contacts que nous avons eu (et que nous continuons d'avoir) dans mon ouvrage "Le spiritisme et ses messages d'amour",

Chapitre "Nos interlocuteurs",

sous chapitres "Les défunts connus", "Les êtres inconnus et les âmes errantes", "Les célébrités", "Les guides".

* "Ils ont tant de belles choses à nous dire"

 

 

 

 

 

 
 
 

Me suivre sur

Visiteurs